Vide Cor Meum

L’œil à l’incertitude sous l’ombre froisse son cil de phalène
Halo curaçao d’un œil froid qui s’éteint et pâlit sous l’alcôve
Quand au milieu de l’encre de la nuit
Tombe au pas de charge
Salve de chaudes giboulées et tuf rouge de l’île de Pâques
S’arriment au fanal de ce bateau fou
Les parfums de l’obscurité et l’arquebuse puissante
Du falconidé au bec lunaire qui signe sa reddition
.En un trait.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s